Se protéger du froid

Publié le 18/01/2017

Pour aider l'organisme à supporter l'hiver, il suffit de se couvrir chaudement en choisissant de bonnes matières, respirantes et pas trop épaisses pour ne pas se sentir engoncés dans toutes les couches. Les extrémités doivent bien sûr être protégées car c'est par la que la déperdition de chaleur se passe en premier lieu mais il faut aussi se couvrir la tête, les oreilles et le cou. L'habillement adéquat est essentiel mais il faut aussi manger équilibré (particulièrement des sucres lents tels les féculents), bien s'hydrater et bouger.

  • Les vêtements thermiques: La laine est une matériau écologique, qui tient bien chaud sans avoir subi de transformation chimique. A l'état naturel, les fibres de la laine sont imbibées de lanoline, une sorte de graisse qui protège le mouton des frimas de l'hiver. Cette lanoline rend la laine extrêmement douce mais lui permet aussi de ne pas se salir facilement. En effet, la laine ne doit pas être lavée trop souvent car les bactéries, les poussières, les acariens, l'humidité de la transpiration et les tâches ne pénètrent pas la fibre. Préférez secouer, aérer et frotter localement votre pull en laine plutôt que de risquer de le déformer dans la machine à laver. Les mauvaises odeurs imprégneront moins facilement les vêtements en laine que ceux fabriqués à partir de matières synthétiques telles que le polar et s'il y en a, celles-ci peuvent s'évaporer grâce à la chaleur du radiateur. La laine de mérinos est particulièrement dense et convient pour toutes les couches de vêtements: body, chemisette, pyjama, pull, combinaison, leggings, bas collants ou chaussettes. Au mieux vous souhaitez maintenir la chaleur sur le corps, au plus près de la peau vous porterez votre petite laine. La soie va contribuer à adoucir encore davantage la laine et le coton rendra son entretien plus aisé.

  • La superposition d'épaisseurs ou "la technique de l'oignon": un truc de randonnée qui consiste en la superposition de trois couches de vêtements: un sous-vêtement thermique, un t-shirt à manches longues et un bon gros pull. Il ne s'agit pas tant d'accumuler les épaisseurs que de superposer des couches dans des matières respirantes qui tiennent chaud. En gardant à l'esprit que plus il y a de laine, au plus c'est chaud et que portée au plus près du corps, la chaleur restera au plus près de la peau. Les vêtements doivent être ajustés à la taille du corps et surtout être confortables pour laisser circuler l'air entre les couches. Ils ne doivent pas être trop serrant car ils comprimeraient les vaisseaux sanguins et engourdiraient les muscles. Les vêtements ne doivent pas non plus être trop amples afin que le volume d'air à réchauffer ne soit pas trop important. Pour l'extérieur notre préférence se porte vers les manteaux en laine bouillie car celle-ci est bien dense et ne laisse pas passer l'humidité vers l'intérieur tout en laissant circuler l'air. Toujours dans ce concept "d'oignon" vous pouvez lui combiner un gilet en laine pour augmenter encore le sentiment de chaleur et il sera facile à ôter si on se rend dans un lieu plus tempéré.

  • Les extrémités doivent être protégées: Toutes les parties du corps doivent dans la mesure du possible être couvertes et surtout les extrémités. Car la déperdition de la chaleur se fait souvent par le haut de la tête, les doigts ou encore les orteils (et entraîner des engelures). Ces parties du corps sont plus exposées et particulièrement sensibles chez les bébés portés ou promenés en poussette. Les accessoires en laine sont souvent doublés de coton pour éviter les démangeaisons. Les bonnets doivent couvrir la tête et les oreilles (la cagoule reste idéale à condition d'être acceptée par l'enfant qui se sent parfois confiné), les écharpes ou les cols doivent protéger la nuque et la gorge en toute sécurité, les moufles sont préférables aux gants car plus facile à enfiler et laissent circuler l'air. Et quand les moufles sont en laine, les boules de neige ne mouillent pas les mains de l'enfant car la laine est imperméable tout en étant bien souple.

  • Une alimentation saine: Les plats typiques de l'hiver sont connus pour être très riches car ils "tiennent au corps". Le corps qui combat le froid a besoin d'énergie qui se diffuse doucement: sucres lents sont donc à privilégier, par exemple, les féculents ou les fruits secs. Les fruits et les légumes apporteront les vitamines dont nous prive le manque de luminosité. Les boissons chaudes sont aussi recommandées car elles réchauffent l'organisme de l'intérieur et lui permet de garder un bon niveau d'hydratation. Exposé au froid et au vent, le corps s'assèche. Voyez par exemple les petites joues de votre enfant toutes rouges et craquelées. Une crème hydratante protectrice bien grasse résoudra le problème efficacement.

  • L'adaptation du corps à une température plus basse: la douche tiède et le sport. Les vaisseaux sanguins se resserrent afin de limiter la déperdition de chaleur et de conserver une chaleur interne dans les veines et artères profondes. Après un bain tiède, les vaisseaux "s'épanouissent" de nouveau, procurant un sentiment très agréable. Toutefois, la température de l'eau ne doit pas être trop chaude car le choc thermique serait trop intense. Le sport et les mouvements permettent également d'augmenter la température corporelle et de se réchauffer. De plus, la pratique régulière d'un sport procurera l'endurance nécessaire à la lutte contre l'hiver et ses microbes.

Merci à l'article de Anne-Sophie Leurquin paru sur le site en ligne du journal Le Soir le 16 janvier 2017, il véhicule en substance les conseils que nous prodiguons aux "parents Choux verts" soucieux de protéger leurs enfants des grands froids.

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire