Le repas de bébé

Publié le 07/12/2016

Selon l'adage populaire, un tout petit n'a pas besoin d'énormément de choses. Il est un petit être de besoins: il a besoin d'être soigné, de manger et de dormir, le tout saupoudré de l'amour bienveillant de ses parents.

En matière d'alimentation, les avis divergent et évoluent constamment. Selon la médecine, l'Office de la Naissance et de l'Enfance, les crèches, les grands-parents... Pas toujours simple de s'y retrouver d'autant plus quand les risques d'allergie se profilent. 

L'allaitement maternel est préconisé par l'OMS jusqu'au six mois de l'enfant. Car le lait maternel est naturel, évolue en fonction des besoins de l'enfant et transmet l'immunité de la maman au bébé. Mais il n'est pas toujours facile de tirer son lait au moment de la reprise du travail. Assez souvent, les bébés gardés en crèche reçoivent leurs premiers repas solides à 4 mois. Certains médecins conseillent une introduction à 4 mois pour la plupart des aliments, afin que bébé puisse se constituer rapidement une immunité. D'autres médecins conseillent un schéma d'introduction progressif, par étapes, un aliment après l'autre afin de guetter d'éventuelles réactions allergiques. On commence par les légumes en hiver, les fruits en été. Ensuite on y adjoint les féculents et au final les protéines. On introduit un repas à la fois, d'abord le repas de midi, puis le goûter, ensuite le repas du soir et le petit déjeûner. De cette façon, le système digestif de bébé s'accoutumera au changement petit à petit. 

La diversification alimentaire dépend de ce que bébé choisit et de notre rythme de vie. Maintenez vos habitudes et introduisez les repas au moment où vous vous sentez le plus disponible et calme. Dans un premier temps, les repas prennent du temps, ils sont plutôt de l'ordre du jeu et de la découverte. Découverte de nouvelles sensations, de nouveaux goûts, d'un nouveau rapport à la nourriture. Il ne s'agit plus simplement de téter... Et souvent, ce repas devra être complété par un apport de lait (un biberon ou une tétée), ce n'est que progressivement que l'enfant se nourrira véritablement. Si ça ne fonctionne pas, que bébé recrache tout, recommencez le lendemain, sans stress ni pression. Certains petits curieux voudront assez rapidement goûter ce que mangent les parents: ce qui se trouve sur la table a l'air tellement appétissant!

Stefan Kleintjes, un nutritionniste originaire des Pays-Bas propose un programme intéressant concernant la diversification menée par l'enfant (DME). Selon lui, un enfant est prêt à recevoir des aliments solides lorsqu'il se tient assis et lorsqu'il possède quelques dents. Dans cette position, l'enfant peut accéder à tout ce qui se trouve à la table du repas familial. Les légumes, fruits et féculents sont proposés entiers, non réduits en purée. De cette façon, bébé pourra voir à quoi ressemble un brocoli ou une patate, sentir sa texture non seulement dans sa bouche mais aussi dans sa main. Assis, l'enfant s'étrangle moins facilement et gère lui-même les quantités (il recrache s'il y en a trop). Intéressant, mais parfois compliqué à mettre en place entre le métro, le boulot et le dodo. Restez à l'écoute de ce qui semble le plus facile à mettre en place au sein de votre famille. Une purée est pratique à préparer (même à l'avance), , à conserver, à emporter et à donner...

Afin de conserver toutes les vitamines, il est plutôt recommandé de cuire les légumes et les lé à la vapeur. Les petits cuiseurs pour bébé sont pratiques à employer car ils permettent de mixer directement le repas, les quantités sont faciles à évaluer, mais ils doivent être lavés entre chaque repas. Et souvent ils sont fabriqués en plastique qui libèrent des molécules sous l'effet de la chaleur. Pour cette raison, nous préférons les récipients en inox (léger et incassable) ou en verre (inaltérable) pour la conservation et le transport des aliments. Il existe également des boites isothermes en inox permettant de conserver les repas de bébé bien au chaud.

Pour un kit de départ et pour compléter votre liste de naissance, voici nos remmandations:

  • 2 petits biberons et 1 grand en verre ou en inox, équipés de tétines pour le premier âge. Voilà le kit de départ au retour de la maternité selon que l'allaitement se soit mis en route facilement ou pas. Si finalement bébé prend le biberon, vous aurez le nécessaire minimum qui pourra être complété ultérieurement. Le polypropylène actuellement employé pour les biberons classiques peut aussi convenir car il est plus léger (bébé pourra prendre son biberon facilement dans les mains). Ils ne contiennent pas de BPA mais s'altèrent assez rapidement lorsqu'on les emploie quotidiennement. Les petits biberons (120/150 ml) sont pratiques pour les tout-petits qui boivent peu et souvent. Il est utile d'en avoir au moins deux pour le roulement et plus tard, ils seront utilisés pour donner de l'eau partout à son enfant. Le grand format (260 ml) est généralement utilisé plus tard et parfois très longtemps (le dernier biberon de lait est une habitude rassurante pour l'enfant). Il existe aussi des biberons de 330 ml, mais ils sont plus rares. Les tétines des biberons évoluent en fonction de l'âge de l'enfant et elles peuvent être remplacées par des "sippy caps" une fois que l'enfant réclame plus d'autonomie avant de passer directement au verre. Certaines tétines sont formatées pour ressembler au sein de la maman afin de passer facilement de l'un à l'autre.

  • 2 bavoirs, plus si bébé est nourri au biberon. Des langes tétras peuvent également faire l'affaire en guise de dépannage. Les bavoirs de petit format (10 cm) sont plus adaptés aux tout-petits pour récolter les régurgitations de lait. Les grands bavoirs conviennent pour les bébés qui mangent des repas solides.

  • 2 bols ou assiettes (bords hauts): nous  les proposons en bambou, alternative écologique à la vaisselle en mélanine proposée aux enfants. La mélanine se casse facilement en morceaux tranchants et elle s'altère au lave vaisselle. Les gobelets sont utilisés plus tard, lorsque l'enfant commence à manger tout seul et l'assiette est à réserver pour les plus grands. Une assiette peut quand même se révéler pratique pour étaler une purée trop chaude afin qu'elle refroidisse rapidement. Les bols sont pratiques pour pousser la purée sur la cuillère et permet à bébé d'y plonger la main sans tout renverser sur le sol.

  • au moins 2 cuillères: en silicone dans un premier temps car le silicone est souple et résistant. Les couverts en inox du quotidien peuvent également servir pour nourrir bébé mais ils peuvent sembler froids et rigides. La cuillère en silicone est idéale pour administrer les vitamines aux tout-petits et peut s'avérer bien agréable à mâchouiller pendant les poussées dentaires. Les couverts en bambou sont également bien appréciés parce que le bois est une matière douce et chaude.


Apprendre à manger se fait par étapes, progressivement et va de pair avec l'évolution physique et psychique de l'enfant. D'abord bébé aimera manger avec les doigts pour expérimenter les nouvelles sensations, ensuite il lancera de la soupe avec sa cuillère, et puis il piquera ses aliments du bout de sa fourchette, ensuite il poussera ses grains de riz à l'aide de son couteau et puis il tartinera sa confiture, il coupera en petits morceaux...

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire